François BRANGER 1912/ 1994

François BRANGER est né à Prades en 1912 sur les allées Arago, où ses parents tenaient un café. Il part ensuite vers la capitale, comme employé de Poste. C’est là qu’il commence à fréquenter les musées, où il découvre les grands Maîtres qui éveillent en lui un intérêt grandissant pour la peinture.

De santé fragile, François décide à l’âge de 36 ans de revenir au pays, et s’installe dans sa maison natale en 1948.

C’est au cours de ses nombreuses promenades au pied du Canigou, que naît son désir de peindre et qu’il trouve l’inspiration picturale en ce Conflent, si riche d’histoire et de paysages insolites.

Marcheur infatigable, il arpente tous les chemins locaux pour y observer les mas, chapelles ou villages isolés qu’il restitue sur la toile ou le papier.

 

Il travaille aussi dans son atelier d’où s’exhalent des odeurs de peinture à l’huile mêlées aux parfums des géraniums de «Malu», son épouse. Ce lieu dégage alors une atmosphère propice à la création.

Sa production est importante et il réalise de fréquentes expositions dont le vernissage permet la rencontre d’amateurs d’art et d’amis fidèles. Bon graphiste, François BRANGER, aime camper les grandes lignes de forces d’une composition. Et sa palette de couleurs rend vivante l’intensité lumineuse, avec des jeux d’ombres et de lumière. Son bleu particulier domine dans de nombreuses œuvres au travers de toits de lauses, de roches  isolées, de buissons en fleurs et de ciels purs !

Il fait ainsi redécouvrir les paysages catalans à travers ses toiles.

 

La musique tient, aussi, une grande place dans sa vie. Avec sa femme, ils participent à l’organisation du Festival Pablo Casals à partir de 1952 et l’on se plaisait à les surnommer « Branger et Brangette ». François en devient le directeur artistique en 1968 et le restera jusqu’en 1980, c’est de cette époque que naîtra toute une série de croquis et tableaux, sur Casals et ses musiciens.

 

       En 1961, la revue Conflent publie son premier numéro et l’un des conseillers artistiques de ce nouvel organe de diffusion culturelle n’est autre que François BRANGER. La revue cessera de paraître en 1998, mais reste aujourd’hui encore un puits d’information passionnant sur la peinture en pays catalan, notamment à travers la rubrique : Le Conflent et ses Peintres. Cette revue accorde prioritairement son attention aux peintres de la région, située dans la Vallée de la Têt entre Prades et Mont-Louis.

 

     Très ouvert à la culture, François et Madeleine accueilleront en 1963, le philosophe François BROUSSE, poète et romancier qui fût le précurseur des cafés philosophiques.

Il s’éteint fin octobre 1994

        C’est en 2007, après le décès de Madeleine BRANGER, que la mairie de Prades reçoit en leg, une quarantaine d’œuvres de son mari disparu en 1994. Cette collection composée pour moitié d’aquarelles et moitié d’huiles sur toile, retracent l’évolution artistique et technique de l’artiste pradéen.

En 1 clic

Services interactifs

S'abonner