L'AIGUAT DE 40 : 80 ans déjà!

L'AIGUAT DE 40 : 80 ans déjà!
L'AIGUAT DE 40 : 80 ans déjà!

L’AIGUAT de 40

80 ans déjà !

 

Du 16 au 19 octobre 1940, des pluies diluviennes commencent à s’abattre sur les Albères, puis gagnent le Vallespir, le Conflent et les Fenouillèdes. Les eaux de la Tet, du Tec, de l’Aglí, du Boulès, du Riufagès, du Cadí...gonflent et se déchaînent, emportant tout sur leur passage.

En pleine guerre - la plupart des hommes sont prisonniers en Allemagne - c’est une tragédie qui ravage des dizaines de villages : Villefranche-de-Conflent, Vernet-les-Bains, Prades ne font pas exception mais le lourd bilan de 57 morts dans les Pyrénées Orientales touche surtout les communes de Prats-de-Molló, ainsi que d’Arles-sur-Tech et Amélie-les-Bains, toutes deux dévastées par une vague de plus de 5 mètres de haut.

De l’autre côté des Pyrénées, en Catalogne Sud, l’on déplorera 320 morts, le long du Ter.

La crue s’étendit de la région de Barcelone à celle de Narbonne sur 150 km de façade maritime, et à l’intérieur des terres, sur une profondeur d’une soixantaine de kilomètres et plus.

La plaine du Roussillon, affectée également, subira d’importants dégâts : immeubles éventrés, ponts détruits, rues inondées, débordement de la Basse en plein Perpignan. Le long de la Méditerranée, les troncs d’arbres, les cadavres d’animaux et nombre d’objets charriés par le tumulte des flots viendront constituer un sinistre amoncellement en front de mer.

Cet épisode est encore aujourd’hui considéré comme le record d’Europe de précipitations en 48 heures.

Ce sinistre anniversaire fait tristement écho à l’actualité, suite aux crues dévastatrices touchant les Alpes-Maritimes, depuis le 2 octobre dernier. Le bilan humain s’y élève à ce jour à 5 morts côté français pour 2 en Italie.

Mais les similitudes entre ces deux drames ayant eu lieu à 80 ans d’intervalle, outrepassent décidément l’unique aspect environnemental : alors que la vallée de la Roya est aujourd’hui connue pour être un lieu de passage de réfugiés, rappelons ici que l’Aiguat de 40 conduisit, quant à lui, à l’évacuation puis à la fermeture du camp de concentration d'Argelès, du Barcarès et de Saint-Cyprien.

L’Aiguat de 40, une catastrophe ayant remodelé le paysage et l’économie de tout un territoire, mais aussi la mémoire de tout un peuple.

Quand la bétonisation a encore aujourd’hui le vent en poupe, en dépit du bon sens et de l’Histoire, la transmission intergénérationnelle revêt ici, une fois encore, son caractère essentiel.

 

Venez raviver vos souvenirs lors de la conférence que donnera M. Ramon Gual

le vendredi 16 octobre prochain,

à 17H

à l'Espace Martin Vivès,

à l’occasion des 80 ans de cette formidable crue.



 

En 1 clic

Services interactifs

S'abonner